Les choses que vous dessinez ont-elles quelque chose en commun ?
La nécessité, le désir de construire liquide.

 

Le réel est-il un bon sujet de dessin ?
Loin du « sujet », le dessin que j’engage dans ma peinture se veut sans prétexte et sans anecdote. Le réel est une nourriture essentielle que je ne tente pas de transposer ou de représenter. Il est actif dans la matérialité des encres et du papier.

 

Le plus simple à dessiner : les objets, les idées ?
Pour moi, le dessin arrive au creux du papier. Ni objets, ni idées ne le précédent. Il arrive et advient par la couleur (et son absence).

 

Que deviennent les choses une fois sur le papier ?
Une lumière à l’ombre de l’encre, liquide ou minérale.

 

Qu’objectivent vos dessins ?
Le geste de la couleur, sa coupe et son dépôt.

 

Qu’accumulent-ils ?
Des voiles liquides. Leur débord. Leur mémoire.

La chose dessinée jusqu’à son épuisement ?
Un fragment d’étendue.

 

© Claire Chesnier & The Drawer
Entretien Claire Chesnier, inThe Drawer, volume 5, « Les Choses », Paris, Ed. The Drawer/Les Presses du réel, octobre 2013.

 

Claire Chesnier est née en 1986 à Clermont-Ferrand. Elle vit et travaille à Paris. Lauréate du Prix agnès b. des Amis des Beaux-arts de Paris et du Prix Talents Contemporains de la Fondation François Schneider (Fondation de France), son oeuvre a fait l’objet de nombreuses expositions notamment à la Galerie du jour agnès b. Paris, à la Galerie Jocelyn Wolff Paris, à la Maison des Arts de Pékin, à L’art dans les chapelles, à La Banque de Béthune, aux Tanneries d’Amilly, au FRAC Auvergne ainsi qu’au MAC/VAL. Claire Chesnier est également soutenue par l’Ahah.